Volet paysager de l’étude d’impact du projet éolien d’Arzenc-de-Randon

Le site du plateau du Palais du Roy, en Margeride lozérienne, se singularise par l’importance des forêts domaniales et par la présence du lac de Charpal, autour duquel se sont développées des activités de loisirs de plein air (promenade, VTT, ski de fond…)

L’échelle de perception de ce paysage de grands espaces, la faible densité de l’habitat, et la fréquentation anecdotique de l’aire rapprochée constituaient des atouts, au regard des critères paysagers, permettant d’envisager favorablement l’implantation d’un parc éolien conséquent sur la frange nord du plateau.

Les conclusions de l’étude établissent que :
-    Le projet ne formerait pas de concurrence visuelle préjudiciable aux sites touristiques emblématiques du champ de covisibilité, sous réserve de respecter une implantation en V élargi, avec une implantation quasi équidistante entre les mats ;
-    L’implantation proposée s’inscrit harmonieusement sur l’horizon visible depuis le site inscrit de Chateauneuf-de-Randon, situé à 5 km du projet de parc ;
-    L’impact du projet reste toutefois fort sur les hameaux de la vallée du Chapeauroux en contrebas, pour lesquels il n’a pas pu être proposé de mesures d’atténuation de l’impact visuel, sauf à réduire fortement le nombre d’éoliennes, ce qui, dans les conditions économiques en vigueur, aurait conduit à abandonner le projet.

projet éolien d’Arzenc-de-Randon  Maitrise d’ouvrage : VSB Energies Nouvelles

Maitrise d’œuvre : Terrevive / sous-traitant infographie : Solanum 
Photomontages : VSB Energies Nouvelles

Livraison étude : 2006

Aire d’étude :  champ visuel potentiel,  rayon de 15 km autour du site (env. 700 km²)